Présentation > Parcours provisoire de visite >
3- Zone Bleu Horizon : Avant et pendant la 1ère Guerre Mondiale (1894-1920)
 

Avertissement pour revenir en arrière :
Si la commande "Retour" ci-dessous est sans effet, alors fermer l’onglet afférent à cet article.

Retour

Zone Bleu horizon : Avant et pendant la 1ère Guerre Mondiale (1894-1920)

  • 1- Le canon de 75mm
  • 2- Les batailles de la Grande Guerre
    • La bataille de la Marne,
    • La guerre de tranchées,
    • La deuxième bataille de la Marne.

1- Le canon de 75mm

Le concept du canon à tir rapide voit le jour, accompagné d’un épisode espionnage qui aboutit à l’affaire Dreyfus (Une bannière et une vitrine illustrent cet épisode tragique).

Le canon de 75mm est mis en service en 1897.

Une pièce est constituée de deux attelages à 6chevaux chacun.

Le premier attelage comprend un avant-train et un caisson à munitions, le deuxième attelage, un avant-train et un canon.

La grande nouveauté du canon de 75mm de 1897 :

  • le canon n’est plus solidaire de l’affût et coulisse sur un rail,
  • il bénéficie d’un système de frein récupérateur de tir qui ralentit le recul et ramène la pièce en batterie,
  • la cadence de tir augmente considérablement, jusqu’à vingt coups par minute,
  • les munitions et la conduite du tir sont plus efficaces (obus explosifs à fusées percutantes, obus à balles, obus fumigènes, incendiaires, éclairants ou toxiques à fusée fusante).

Le recul est maitrisé et la cadence de tir décuplée. Il s’agit d’un véritable saut technologique qui modifie profondément, jusqu’à aujourd’hui encore, la fabrication et l’emploi de l’artillerie.



Matériels majeurs présentés :

  • Canon de 75mm modèle 1897 et son débouchoir,
  • Caisson à munition modèle 1897 pour canon de 75mm (reconstitution).
  • Avant-train.
  • Niveau décalé MS1918 optique pour canon de 75mm modèle 1897.

Autre pièce présentée avec un lien élastique :

Le « 75 » sera adapté à des affûts et châssis divers, français ou étrangers, tant dans l’artillerie d’assaut, de forteresse que de lutte antiaérienne. Il restera longtemps en service.

Son expérimentation pendant la campagne de Chine permet de tirer des leçons. Les allemands, par exemple, en développant dès ce moment, selon les mêmes principes, une artillerie lourde... alors que dans ce registre nous sommes restés longtemps avec nos systèmes anciens.

2- Les batailles de la Grande Guerre

Les grandes batailles sont évoquées rapidement sur des bannières et l’espace de la zone Bleu Horizon est majoritairement consacrée à l’artillerie de tranchée et à l’artillerie lourde dont il va falloir compenser au plus vite le manque pour se battre à armes égales avec les Allemands.

L’industrie de l’armement va produire en grandes quantités canons et munitions pour des matériels très divers. Outre l’artillerie de campagne équipée de 75, il faut se doter d’une artillerie lourde en utilisant tous les matériels anciens disponibles puis en créant de nouveaux, cette artillerie est d’abord d’abord hippomobile puis portée ou tractée, voire sur voie ferrée (et péniches), pour agir dans toute la profondeur du champ de bataille. L’artillerie de tranchée est nécessaire pour effectuer les tirs au plus près du fantassin (barrages).

L’aviation d’observation fait son apparition et, conjuguée à l’arme du repérage et à la Géographie militaire, contribue au fonctionnement du Renseignement d’artillerie pour tirer au plus loin et contre battre l’artillerie adverse (réalisation d’un "canevas de tir"). Puis une aviation de chasse s’impose pour le combat aérien.

Les allemands suivant le même chemin, une défense contre avion est alors nécessaire pour se protéger des avions allemands, puis l’artillerie d’assaut s’impose pour la relance de l’offensive.

L’artillerie prend une place inégalée jusqu’alors - et pour longtemps - dans les combats.

Pour en savoir plus :

La notion d’emploi de l’artillerie évolue considérablement pendant la Grande Guerre :

  • L’artillerie accompagne l’assaut de l’infanterie, en 1914
  • L’artillerie prépare, l’infanterie conquiert, en 1915 (centralisation et concentration des feux, permet le déplacement en terrain bouleversé).
  • L’artillerie conquiert, l’infanterie occupe, en 1916.
  • L’artillerie prépare l’assaut et l’accompagne avec le barrage roulant et le char, en 1918.

Matériels majeurs présentés :

  • Mortier Cellerier dit "Crapouillot".
  • Mortier 75mm en acier.

Il est à noter l’arrivée en 1917 du canon de grande puissance Filloux (155 GPF) avec son tracteur, qui après quelques modifications, sera toujours utilisé pendant la seconde Guerre mondiale (Campagne de 1940 et CEF en Italie).

Quelques vitrines sont consacrées aux petites collections (armement individuel, artisanat de tranchée etc.).

x

Pour aller à la Zone suivante, Zone Kaki cliquez-ici


Pour revenir au Menu principal cliquer ici






____________

Amis du Musée de l'Artillerie à Draguignan